Image default
Sports

Pourquoi la e-cigarette est plus adaptée aux sportifs que le tabac ?

Contrairement à ce que l’on peut entendre ici et là, la cigarette électronique n’est pas incompatible avec l’activité sportive. Les scientifiques indépendants nous expliquent que la nicotine ne provoque pas de maladies cardiaques ou respiratoires et n’altère en aucun cas les performances du sportif.

Nous verrons dans cet article que seule la combustion et donc la fumée de cigarette est contraire au sport. La nicotine n’est donc pas déconseillée aux sportifs. C’est justement parce que la e.cigarette produit une vapeur et non pas une fumée que sa consommation est plus souhaitable que celle du tabac. Et c’est d’ailleurs aussi vrai si le sujet ne pratique pas d’activité sportive.

Une absence de monoxyde de carbone et de goudron

La fumée de cigarette contient du monoxyde de carbone. Ce composé se fixe sur les globules rouges, ce qui réduit considérablement l’apport en oxygène. Quand on fait du sport, notre rythme cardiaque et notre respiration s’accélère. Nous avons donc besoin de plus d’oxygène. Nos muscles sont en pleine activité et requièrent également un grand volume d’oxygène pour bien fonctionner. Dans le cas de blessures, on sait que les plaies sur le corps des fumeurs mettront plus de temps à cicatriser à cause d’une diminution de l’oxygénation des tissus et la circulation du sang dans le corps. Quant aux résidus goudronneux contenus dans la fumée de cigarette, ils vont se déposer dans les bronches et entraîner des bronchites chroniques, des insuffisances respiratoires et entraver une pleine respiration pendant l’effort.

La vapeur de e.cigarette ne contient pas de monoxyde de carbone car ce composé est un produit de la combustion. La cigarette électronique ne présente, dans son fonctionnement même, aucune combustion mais une vaporisation, qui se limite à une température beaucoup plus basse (moins de 100°C), ce qui explique l’absence de monoxyde carbone. Il en est de même pour les goudrons qui sont là aussi un produit de la combustion et non de la vaporisation.

Sans tabac, ni additifs

Les additifs du tabac sont au nombre de 4000. L’objectif de l’industrie du tabac était de renforcer la dépendance du fumeur, tout en négligeant les diverses effets sanitaires de ces adjuvants. Parmi ces composés dont on ne peut ignorer le danger, on peut citer le plomb, l’arsenic, l’acétone, le mercure. Un certain nombre d’entre eux provoquent de graves complications respiratoires : l’acétaldéhyde, l’acétone, l’acroléine, l’acrylonitrile, l’ammoniac, le benzanthracène, le butadiène, le cadmium, le chromium et 17 autres. D’autre part, un certain nombre de ces 4000 additifs provoquent des complications cardio-vasculaires : l’acroéline, l’arsenic, le benzène, le benzofluoranthène, le chrysène, le cobalt, le Cyanure d’hydrogène, le plomb, le Phénol et le Propionaldéhyde. Face à ces longues listes, difficle de s’empêcher de rire quand on entend certains affirmer que la cigarette électronique est plus dangereuse que le tabac ! Le coeur et les poumons étant des organes très sollicités dans l’activité sportive, il est évident que ces additifs sont incompatibles avec le sport.

Les gammes d’arome et liquide français ne contiennent aucun additif dangereux. Seuls des e-liquides américains ont été signalées avec notamment des concentrations de diacétyle, mais les Etats-Unis sont un cas particulier dans ce domaine car ils n’ont aucune réglementation en la matière. Quant à la vaporisation, elle peut produire du formaldéhyde et de l’acroléine dans des proportions infimes qui n’ont aucun effet majeur sur notre santé, d’après les scientifiques indépendants. Il est possible de prévenir ces émissions en utilisant des e-liquides avec une porportion de propylène glycol, en ne mettant pas la tension de sa batterie ou de son mod trop haute et en ne vapotant pas avec un réservoir presque vide ou presque. Le pneumologue compare ces émissions aux toxines qui surgissent d’une casserole vide placée sur un feu fort. Dans tous les cas, les concentrations de ces composés seront forcément beaucoup plus faibles dans la vapeur d’une cigarette électronque dans la fumée d’une cigarette. Et ces quelques toxines parissent bein dérisoires à côté des 4000 additifs dangereux du tabac !

A lire aussi

Le vélo comme entrainement cardio : bénéfices & astuces

Irene

6 conseils pour le cardio et la course à pied en été

Irene

Quels sont les débouchés après une formation en sport management ?

administrateur

Bien choisir son tapis de course

Irene

Salles de sport : une fréquentation en recul de 19 %

administrateur

La boxe pour maigrir (et autres arts martiaux)

Irene

Pourquoi choisir la location de matériel de surf ?

Tamby

Le sport pour femmes et hommes : quelles différences ?

Irene

Pourquoi faire du saut à l’élastique ?

administrateur