Image default
Non classé

Le développement du tourisme ferroviaire

Le tourisme ferroviaire à basse vitesse peut être défini comme des activités touristiques ou de loisirs réalisés par le rail, à un rythme lent, pour attractivité du mode ferroviaire : découverte de paysage, contact avec un patrimoine ferroviaire vivant, vécu des expériences original. Le besoin éventuel de transport n’est pas principales motivations des visiteurs.

 

Une apparition précoce

 

La forme de loisir apparait dans une période de première modernité des loisirs et concerne des populations jusque-là sédentaires qui ont désormais la possibilité de quitter leur cadre de vie habituel. Les trois matières premières qui sous-tendent le tourisme aux XIXes siècles sont tôt à l’origine de produits touristiquesferroviaires distincts sous forme de loisir : le fer d’accès au grand et les sites panoramiques sont destinés aux pratiques touristiques de Montaigne, tandis que le petit train Vendée ludique répond aux pratiques touristiques côtières et thermales. La réunion des conditions fait localiser les premières formes de tourismes ferroviaires vers 1870 et la phase majeure de son développement entre 1890 et 1914. Jusqu’au milieu du XXe siècle, le tourisme ferroviaire n’est qu’une forme de loisir.

 

Les paysages vus du train

 

À l’origine, le tourisme ferroviaire était inspiré par un regain d’intérêt pour les paysages. Cette inspiration est typiquement romantique et s’inscrit dans un retour à la nature qui a notamment conduit à une nouvelle attitude favorable aux beautés des Alpes. Les paysages se découvrent lentement, par la force des circonstances, sous l’effet de contraintes techniques liées aux parcours difficiles des lignes de montagne parfois, à l’utilisation du rack. Mais à basse vitesse les voyageurs peuvent pleinement apprécier les paysages. Les contraintes techniques sont devenues des atouts que les compagnies de chemin de fer peuvent valoriser touristiquement. Cette attraction pour les voyages panoramiques concerne également les zones côtiers, autrefois considérées comme des répulsifs. En bord de mer, la lenteur du voyage provient des contraintes techniques liées à l’utilisation des chemins de fer à voie submétrique mis en service à des fins de développement touristique.

A lire aussi

Savoir les moyens de faire face à l’agressivité d’un chat

Irene

Tout savoir sur la mini Nespresso essenza

Irene

S’habiller pour une soirée : les secrets à connaitre

Irene

Quels sot les atouts des vélos électriques pliants

Irene

En France, quand la mise en place d’un garde-corps est-elle obligatoire ?

Tamby

La machine à café à choisir pour du bon goût

Laurent

Définition mentaliste: La réalité de de ce métier

Irene

Comment trouver un Artisan Plombier Paris

Irene

Le gigot d’agneau ou comment préparer un repas express et délicieux

Tamby